Accueil Création Organisation Campagnes Les Noms In Memoriam Monuments Témoignages Contact Liens nl en

La Brigade Piron

Campagnes

Campagne de Normandie Le retour en Belgique La Campagne de Hollande 1944 La Campagne de Hollande 1945 L'Occupation en Allemagne 1945

 

Normandie 7 août - 2 septembre 1944

La bataille de Normandie toute entière a été souvent représentée par le seul jour des premiers débarquements, le jour J, le 6 juin 1944. Elle fut en fait une très longue période de combats violents et continus qui dura jusqu'à la fin du mois d'août. Les affrontements les plus durs eurent lieu à partir du 10 juin jusqu'à la fin août. L'invasion de la France impliqua le débarquement sur les côtes normandes, du 6 juin au 20 août 1944, de quelque 2,500,000 hommes. Le premier jour il y en eut 136,000, et le déferlement allait se poursuivre pendant deux mois et demi. Le tour de la « Brigade Piron » vint dans les tous premiers jours du mois d'août, en même temps que celui de la brigade néerlandaise"Princesse Irène" du Lieutenant Colonel de RUYTER van STEVENICK, de la 2ème Division Blindée française dite "Leclerc", de la 1e Division Blindée polonaise du Général Major MACZEK et de la Brigade Blindée tchécoslovaque du Général Major LISKA .

Organisé en 3 unités indépendantes pouvant se suffire à elles-mêmes, le Groupement belge disposait en appui propre d'une batterie d'artillerie, d'un escadron d'autos blindées, d'une compagnie du génie et d'une compagnie de support logistique avec le charroi indispensable à une opération indépendante. Les Anglais engagèrent le groupement belge dans la poursuite des éléments ennemis le long de la côte normande, entre le canal de l'Orne et la Seine.

Le 31 juillet 1944 dans la soirée, un peloton de chaque unité motorisée (U.M.) (Pl du Lt THUMAS de la 3ème U.M., Pl du Lt ROGGE de la 2ème U.M. et Pl du Lt LUYCKX de la 1ère U.M.) embarque dans un landing ship tanks (LST) à Tilbury. Ils traversent la manche et débarquent au port d'Arromanches. Ces hommes font partie de l'Advance Party afin de préparer la venue du groupement.

Le 2 août, le Capitaine DIDISHEIM (officier de renseignement) et le capitaine HOWELL (batterie d'artillerie), accompagnés de treize hommes quittent à leur tour l'Angleterre. A 11 heures 30, ils atterrissent à Amblie, terrain d'atterrissage allié situé à 10 kilomètres au sud de Courseulles et à quelques centaines de mètres de l'état-major de la 1ère Armée Canadienne. Ils ont une mission de reconnaissance et de prise de contact.

Le 4 août, les 500 véhicules du groupement belge sont chargés et les 2200 hommes embarquent à bord de quatre Liberty Ships de 10.000 tonnes (le Gladstone, le Paul Benjamin, le Henry Austin et le Finlay). Dans la soirée, les navires appareillent et rejoignent le convoi qui se forme devant Whitstable, dans l'estuaire de la Tamise.

Le 6 août, le convoi lève l'ancre pour la traversée de la Manche.

Le 8 août vers 10 heures, le moment tant attendu et espéré des hommes de la brigade belge est enfin arrivé. Le débarquement de la brigade commence à Arromanches pour les véhicules, et à Courseulles pour le personnel.

« Ici prit place un incident qu'il me faut bien raconter. J'avais comme Aide de Camp un Dinantais, le Capitaine-Commandant Georges HOUBION. Il avait rejoint l'Angleterre au début de 1942, après avoir subi une longue captivité dans les geôles espagnoles et au camp de MIRANDA DE EBRO. Sa santé en était restée fortement ébranlée, ce qui n'entamait en rien sa constante bonne humeur et son enthousiasme. Le panneau du Landing Craft à peine rabattu, il sauta à l'eau pour parcourir les quelques mètres qui le séparaient de l'estran. Là, il s'agenouilla, prit en main une poignée de sable et l'embrassa avec ferveur. Ce geste spectaculaire eût pu paraître ridicule. Nul d'entre nous ne songea cependant à en rire, tellement il exprimait ce que tous nous ressentions. Nous retrouvions, sur cette plage de la France amie, un sol voisin du nôtre. Nous l'avions quitté depuis de longs mois, avec l'espoir enfin satisfait, de participer un jour à sa libération» ("Souvenirs" de Jean Piron).

A peine après avoir débarqué, une longue colonne se forme. Le Groupement fait mouvement et arrive dans la nuit à Douvres-la-Délivrande et à Plumetot où il s'installe en bivouac. L'état-major passe la nuit au château de Ranville (comtesse Rohan-Chabot).
Le Groupement passe sous commandement de la 6th Airborne Division du général-major GALE qui dépend de la 1ère Armée Canadienne (général CRERAR). Le colonel PIRON prend contact avec l'état-major britannique qui est installé dans les carrières de chaux sur la rive droite de l'Orne. La mission du groupement est de s'établir en réserve de la division sur la rive gauche de l'Orne. Les trains du groupement (véhicules) sont déjà sollicités par la division britannique pour transporter des parachutistes vers Pont l'Evèque.

Le 9 août dans la soirée, le Groupement belge relève la 5ème brigade britannique de commandos. En face de lui, une division d'infanterie allemande et la 12ème division de Panzergrenadiere SS.
Les trains du groupement sont installés dans des carrières voisines des ponts du canal. L'état-major s'installe à la mairie d'Hauger. En avant, les 3 unités motorisées s'alignent, depuis les marécages qui bordent l'estuaire de l'Orne. La compagnie du génie et les blindés sont en réserve. L'artillerie est en batterie sur la rive gauche du canal.

Les deux jours suivants sont mis à profit pour effectuer des reconnaissances. Le génie s'installe à Amfreville.

Le 13 août, le Groupement est en ligne au contact de l'ennemi devant les villages de Sallenelles et d'Hauger.

Le groupement belge se voit confier la bande côtière.

La 1ère Unité (major WINTERGROEN) est à droite appuyée sur Amfreville, en liaison avec le « 12 Devons » britannique.

La 3ème Unité (major NOWE) s'appuie à la mer, à gauche. Les pelotons de la 3ème Unité sont installés à l'entrée du village de Sallenelles, à hauteur de l'école.

La 2ème U.M. est au centre, au sud de la route qui mène vers Franceville. La lisière du village est encore aux mains des allemands. Toute la région est surveillée par l'ennemi depuis ce fameux abri bétonné qui commande l'estuaire. Le PC de la 2ème UM est bombardé par des mortiers. Le 1er Sergent BAYENS et le Soldat SCHAESSENS sont blessés.

Derrière, à moins d'un kilomètre, l'escadron d'autos blindées est en réserve dans une carrière de Basse l'Ecarde. Jules FLORIDOR (escadron blindé) et ses voltigeurs ont été détachés à la Ferme du Buisson, l'endroit hanté du secteur. Le lieutenant-colonel DERIDDER (batterie d'artillerie) a pris position le long du canal de l'Orne près de Haute-Longueville et commence immédiatement ses réglages.

Les échelons arrières et les trains bivouaquent le long de la rivière. L'état-major est installé dans la maison du maire d'Hauger.

Le major PONCELET, chef d'état-major du Groupement, déplie ses cartes dans la propriété des FABRE à Hauger. Dans la chambre la moins inconfortable, le soldat LEBRECHT (chauffeur du colonel PIRON) déplie le lit de camp de son patron. Tout près, le génie s'est installé en réserve dans un verger.

La batterie d'artillerie pilonne durant les 5 jours qui suivent les positions allemandes.

Le 14 août, les patrouilles amies et ennemies se rencontrent dans le premier chemin qui monte vers la droite à la sortie du village de Sallenelles et qui mène à la Ferme du Buisson. Une grenade tombe à côté du lieutenant Georges VAN DER VEEN (Chef du 5ème peloton de la 2ème U.M.), il est grièvement blessé. Le cadet Raymond VAN REMOORTELE le charge sur ses épaules après avoir confié le peloton à Joseph GILLEBERT.

Une patrouille ennemie s'infiltre entre les Anglais et la 1ère U.M.. Le lieutenant Jacques WANTY (2ème peloton de la 1ère U.M.) (récit) reçoit une balle dans l'épaule alors que le Sgt DEWANDEZ doit être évacué sur l'hôpital de campagne.

A la 3ème unité, le jeune soldat BASTIN, blessé au cours d'une patrouille est fait prisonnier par les allemands. Il restera quelques jours parmi eux et leur faussera compagnie en revenant dans ses lignes. Les premiers prisonniers allemands affluent au PC du Groupement.
Le PC de la 2ème Unité installé dans la maison de Mr LAVALLEE encaisse une salve allemande. La maison de Mr MAUBER en prend aussi un coup le soir même.

Les journées des 15 et 16 août, les troupes belges sont soumises à de nombreux tirs de mortier et subissent leurs premières pertes. Pour le soldat Edouard GERARD (5ème Pl-3ème U.M.), le docteur GOLDBLATT ne peut plus rien pour lui… Il fallait que le plus jeune des volontaires soit le premier des gars de PIRON "morts au champ d'honneur". Au même moment, à la 1ère U.M., le Lieutenant DE BLOCK reçoit une rafale dans la jambe. Il faudra l'amputer. Pour protéger la population, le village de Sallenelles est évacué.

Le 17 août à l'aube, un premier ordre d'avertissement parvient au Groupement. Le grand jour est arrivé. Les belges vont attaquer à 3 heures du matin. Leur mission est de s'emparer des fortes positions qui couvrent Franceville et Merville. Le Colonel donne ordre aux 2ème et 3ème unités motorisées d'envoyer de fortes patrouilles de reconnaissance. Celle de la 2ème se trouve prise dans un champ de mines sous de violentes rafales de mitrailleuses ennemies. Le cadet VAN REMOORTELE qui la commande est tué et deux hommes blessés. Les autres parviennent à se dégager sous la protection de l'artillerie. La patrouille de la 3ème U.M. partie le long de la route côtière en direction de Moulin du Buisson est arrêtée à 200 mètres des positions avancées. A 7 Hr 10, l'ordre d'attaque de l'opération "Paddle" arrive au PC de la brigade.

{la 6th Airborne Division dans l'opération "Paddle" (aviron) a été lancée sur l'axe Troarn-Dozule-Pont l'Evêque, son aile gauche étant composée par le 1st Belgian Group du Col Piron, la brigade néerlandaise "Princesse Irène" du Col de RUYTER van STEVENICK, le 12 Devons du LtCol Gleadell, le 1st Royal Ulster Riffles du LtColCarson et le 2nd Ox and Bucks du LtCol Roberts}.

Tout est prêt. Le Colonel donne ordre aux 2 et 3 U.M. d'avancer. L'escadron blindé a pour mission de pousser aussi rapidement que possible le long de la route côtière et sur le chemin de Merville. Les résistances sont très fortes. La route est minée et tenue sous le feu du point fort du Moulin du Buisson, dont le centre est constitué d'une casemate blindée située au sommet d'une dune. L'autre itinéraire parcourt d'étroits chemins encaissés fortement minés. Les blindés n'avancent que pas à pas et sont obligés de faire souvent appel à la compagnie du génie. Une douzaine de mines sont neutralisées par l'adjudant HARBOORT et son équipe. Mais une mine explose, tuant un démineur et blessant mortellement l'adjudant HARBOORT, il décèdera deux jours plus tard. Le lieutenant SAUVAGE (Chef de Pl de l'escadron) est blessé au dos. Il sera remplacé par son adjoint NOEL, puis par Jules FLORIDOR. Le scout car de ROUZEE saute. A 10 heures 40, on annonce que Sallenelles est pris par le 3ème Pl de DEWANDRE. La progression reprend , mais elle est fortement ralentie par les tirs des mortiers et les mines. Le 3ème peloton de DEWANDRE est bloqué à 300 mètres au nord de Sallenelles. A 11 heures, une troupe de l'escadron blindé est mise à la disposition du bataillon anglais "12 Devons" qui progresse à droite du dispositif belge. A 12 Hr 30, le colonel donne ordre à la 1ère unité de se porter à la Ferme du Buisson. De là, elle attaquera vers les lisières est de Franceville, coupant à travers tout en évitant les points forts de la route côtière. Cette tactique réussit et la 1ère unité pénètre à Franceville plage, premier objectif du Groupement belge. Pendant ce temps, les autres unités étaient parvenues également à avancer. Après une intense préparation d'artillerie, FLORIDOR emporte les Winklers rassemblés des Troop 2,4 et 5 à l'assaut du fortin. Les allemands fuient comme des lapins. Le peloton de Winklers (voltigeurs) de l'escadron blindé, à pied, avait délogé les allemands du point fort du Moulin du Buisson. La compagnie du génie dégage la route des mines et des obstructions. A 19 heures, la brigade occupe tous les objectifs. Commence alors une véritable course poursuite.

Le 18 août, la journée se passe à tâter l'ennemi qui défend la tête de pont de la Dive. Les résistants français fournissent des renseignements qui se révéleront exacts. Tandis que la compagnie du génie démine la route de Cabourg à Bruqueville.
L'artillerie fait un bond jusqu'à Gonneville, puis Vauville sur Mer. Durant 5 jours ils vont à nouveau harceler les positions allemandes.

Le 20 août, l'escadron blindé, dont la progression avec le Groupement est rendue impossible par les nombreuses destructions, est détaché au régiment de reconnaissance de la 6ème Division. Celui-ci, étant très éprouvé depuis le débarquement. C'est pourquoi le commandement du régiment est enchanté de disposer de l'escadron belge pour reprendre le contact avec l'ennemi en direction de Dozule-Annebault. Le reste du Groupement est à Auberville

Le 21 août à 11 heures, les troupes belges entrent à Cabourg, devant la Dive, dont les ponts ont sauté. Le colonel y installe son PC avancé tandis que la 1ère unité, utilisant des moyens de fortune, traverse le fleuve. Elle dépasse Houlgate et s'avance vers Auberville où elle se heurte à de fortes arrières-gardes allemandes. Une section du Pl du Lt JACOBS, guidée par un patriote français , le Lt LEFEVRE, tombe dans une embuscade et se trouve prise sous le feu de 4 armes automatiques. 6 hommes sont tués (le 1er Sergent DEGROOTE, le Cpl BETBEZE et les soldats BECKAERT, JADON, GURHEM et DE BOECK) ainsi que le lieutenant LEFEVRE (récit). L'aumônier DETHISE qui se rend sur les lieux pour secourir les mourants et les blessés est atteint à son tour et doit être évacué. Pendant ce temps, le génie travaille d'arrache-pied avec l'aide de la population à établir des moyens de passage sur la Dive. Quelques jeeps parviennent à passer la rivière et à apporter les ravitaillements aux unités en ligne. A 19 heures, arrive un message du commandement de la 6th Airborne "Congratulations on your advance". Dans la soirée, l'attaque est menée par la 1ère unité qui enlève les premières résistances sans appui d'artillerie. Dans la nuit, cette unité renforcée par des éléments de la 3ème U.M. et appuyée par l'artillerie repart à l'attaque. Cette fois, le succès est complet et les allemands décrochent.

Simultanément, l'escadron d'autos blindées évolue plus au sud. A 6 heures, à Goustainville, pendant que le commandant de l'escadron (Major de SELLIERS de MORANVILLE) donnait ses ordres aux chefs de peloton, le colonel commandant le régiment de reconnaissance britannique lui rend visite et, s'adressant au groupe d'officiers belges leur dit :"gentlemen, devant vous Dozulé est en feu, Troarn brûle encore derrière vous, là-bas, à gauche, une autre ville brûle , je ne sais pas laquelle. J'ignore où se trouve l'ennemi, vous le trouverez bien. Bonne chance". Dès midi, l'escadron trouvait la ligne de résistance principale ennemie à Branville, Annebaut, La Chapelle et Hainfray. Quelques blindés reçoivent l'ordre de se porter en position d'observation. Vers 18 heures, un général anglais demande au commandant de l'escadron de vérifier l'occupation de Branville. Le terrain d'approche est dangereux pour des autos blindées. Néanmoins, le Lt DEWANDRE s'avance avec prudence à la tête de sa « Troop » et parvient au milieu du village où il surprend un important détachement ennemi. Des allemands apparaissent dans toutes les maisons encadrant les véhicules. Toutes les autos blindées ouvrent le feu tandis qu'à la lisière nord du village le scout car de tête découvre un canon anti-char. Le Lt DEWANDRE donne l'ordre de décrocher avant que l'ennemi ne se remette de sa surprise. Les armes tirent à toute volée. La route se couvre de blessés et de morts ennemis. A 19 Hr 25, le Lt DEWANDRE revient avec le renseignement. Il recevra la "Military Cross".

Le 22 août, dès l'aube, la progression reprend. Cette fois avec le charroi de combat qui a passé la Dive sur un pont construit par le génie belge. À 13 heures, le Groupement entre à Villers sur Mer où la population lui réserve un accueil frénétique. Partout, les drapeaux français, anglais et belges flottent, les cloches sonnent et la foule crie :"vive la Belgique, merci, vive la France". Le soir, la Touques est bordée et Deauville occupée. Le Groupement belge est le premier à avoir atteint cette rivière. Le général GALE a convoqué le colonel PIRON à son EM pour le féliciter de la progression rapide de son groupement. Les ponts sont détruits et les allemands occupent les hauteurs de Trouville d'où ils bombardent les positions belges à coups de mortiers et d'artillerie.

Le Lieutenant Benjamin PINKOUS est mortellement touché par un éclat de mortier. Il décèdera le 24.

Deux soldats de la 1ère ROUCHE et FOURNIER sont tués devant les ruines du pont (récit). L'artillerie et le charroi lourd qui ont franchi la Dive à Troarn arrivent à Deauville. Le QG du Groupement s'installe dans une ferme exploitée par des belges.
La compagnie du génie s'installe à Lieu Bill
L'artillerie est en position à Clarbec.

Le 23 août, les belges aborderont les premiers la Touques entre Deauville et Pont l'Evêque. Sur la côte, l'U.M. du Major WINTERGROEN est à l'avant garde. Entre la Dives et la Touques, tous les itinéraires sur lesquels vont s'engager les unités de la 6th Airborne seront reconnus par l'escadron d'autos blindées. A Pont l'Evêque, la « Troop One » aura l'honneur d'essuyer les premiers coups de feu.
La compagnie du génie s'affaire à la maintenance de l'itinéraire de la division et démine la route Pré le Houx , tandis que la batterie d'artillerie est en position à Coudret-Rabu.

Plus au sud, à l'escadron, après la prise de Branville, la « Troop One » de FLORIDOR se lance sur Pont l'Eveque. DEWANDRE vers la route de Beaumont et le pont de Rocheville. VERHAEGE vers Clarbec et le pont de Fierville. Il est 8 heures 30. FLORIDOR dépasse Annebault.

Le 24 août, à 8 heures 30, le Colonel donne l'ordre de reprendre la progression et de bousculer l'ennemi. Le pont détruit, l'infanterie traverse sur ses décombres portant armes et munitions pendant que la population amène des matériaux de construction et que le génie construit un bac pour passer les véhicules. Cette fois, c'est la 3ème unité qui est à l'avant garde. La progression se poursuit péniblement. Les résistances allemandes faiblissent. De nombreux prisonniers sont faits. Le Groupement belge est en flèche de 8 km sur le reste de la division. Le charroi n'a évidemment pas pu suivre. Le soir, le « First Belgian Group » est aux portes d'Honfleur, il y rentrera le lendemain. L'artillerie est en position à Saint Benoît d'Herbetot.

Dès l'aube du 25 août, l'infanterie pénètre dans Honfleur, dépasse la ville, mais est arrêtée à Fiquefleur par des feux d'armes automatiques et antichars. Elle a été rejointe et appuyée par le peloton VERHAEGE de l'escadron blindé. Un de ses véhicules est atteint par un coup de plein fouet, blessant son chef et tuant son conducteur, le brave soldat VAN DEN BROECK. Le sous-officier DELAISSE est aussi grièvement blessé. Pendant la matinée, le Groupement se concentre à Honfleur. La foule témoigne sa joie d'être libérée, mais aussi sa colère. Des femmes qui s'étaient laissé séduire par le prestige de l'uniforme allemand sont rasées en public et traînées dans les rues. Des FFI font justice sommaire de deux traîtres. En face d'eux, de l'autre côté de l'eau, les belges aperçoivent le port du Havre. Les éléments motorisés ayant franchi la Touques à Pont l'Eveque, l'y ont rejointe. L'état-major s'installe à l'Auberge du Cheval Blanc où une charmante fillette, costumée en Alsacienne, remet des fleurs au colonel PIRON. Ils passent la journée dans ce petit port de pêche. La population est encore toute émue des atrocités allemandes. La nuit précédente, ils ont fusillé quelques patriotes. Les résistants ont arrêté un jeune belge qui a participé au massacre de la nuit. Ils veulent le remettre au groupement belge, ce que l'auditeur John GERARD refuse.
L'artillerie est en position à Quitteville.

Dans la nuit, le Groupement reçoit l'ordre de poursuivre son avance et de reprendre contact avec l'ennemi.
Les allemands abandonnent les hauteurs de Fiquefleur. La poursuite reprend par Berville et Foulbec. Là, l'avant-garde est arrêtée par des feux nourris provenant des hauteurs dominant la vallée de la Risle. L'infanterie de tête y subit quelques pertes. Le sous-lieutenant VAN CAUWELAERT, fils du ministre est légèrement blessé. Le jeune soldat MOUCHET est tué alors qu'il secourt les blessés sous le feu de l'ennemi. L'avant-garde opère sa jonction avec l'escadron blindé qui a coupé plus au sud. Au cours de la journée, le Groupement reçoit l'ordre de se concentrer à Berville où il s'installe dans les vergers afin de se reposer durant 2 jours des fatigues de sa progression rapide. Devant, s'étale le vaste estuaire de la Seine. Vers l'ouest, on aperçoit Le Havre. Le Groupement quitte aussi la 6th Airborne qui va rentrer en Grande-Bretagne où elle sera réorganisée pour se préparer à d'ultérieures opérations. Le Groupement passe aux ordres de la 49ème Division du général BARKER.

Le 25 août à 6 heures 50, l'escadron d'autos blindées reçoit l'ordre de pousser vers la rivière Morelle, ensuite vers la Risle et de chercher à entrer en contact, sur sa droite, avec les éléments de reconnaissance de la 49ème Division britannique. Le Major SELLIERS lance la Troop de VERHAEGEN sur l'axe Honfleur, Fiquefleur, Equainville, Berville, Foulbec. Vers 10 heures 25, le PC de l'escadron vient de s'installer à 300 mètres à l'est de St Benoît d'Hebertot. VERHAEGE aperçoit le pont de Fiquefleur qui est intact et veut essayer de s'en saisir par surprise.
Mais il est pris sous le bombardement allemand. Il est blessé, ainsi que 3 hommes. BIHAY, sous le feu de l'ennemi, va ramasser l'un d'eux pendant que VERHAEGE continue à transmettre des renseignements par radio.

Le 26 août, le général GALE qui commande la division, décide de lancer l'escadron vers Pont Audemer pour couper la retraite aux arrière-gardes allemandes. A 8 heures 15, le lieutenant d'OULTREMONT qui a pour mission de tenter une action sur le pont de Foulbec voit que le pont est détruit. L'escadron tombe sous le feu de l'ennemi qui est terré sur les hauteurs surplombant la Risle.
Mais le colonel PIRON avait, dès l'aube, envoyé la 3ème unité motorisée pour progresser en avant du Groupement, sur l'axe Honfleur-Berville-Foulbec. L'unité quitte Conteville et arrive à hauteur de l'escadron. Mais ils tombent sous le feu ennemi. Sous la violence des tirs, l'unité doit se replier, accusant quelques blessés. Le soldat MOUCHET y est tué et sera enterré dans le village.
L'artillerie est à Saint Maclou.

Le 27 août, l'escadron repasse sous le commandement belge. Le brio dont il a fait preuve au cours de ces 6 derniers jours lui valut les félicitations du commandant du régiment de reconnaissance de la 6ème division.

Dans la soirée du 28 août, le Groupement reçoit l'ordre de franchir la Risle à Pont Audemer et de s'établir au bivouac dans les vergers de Corneville. Pendant ces deux jours, la 49ème a bordé la rive sud de la Seine.

Le 29 août, le Groupement qui bivouaque à Berville passe sous les ordres de la 49ème division britannique et fait mouvement au sud de la forêt de Brotonne tandis que l'escadron s'installe à Cauverville en Roumois. La compagnie du génie installe un pont au quai de la prison sur la rivière Risle. La batterie d'artillerie pilonne sans arrêt la forêt de Brotonne où les allemands se réfugient avec tout leur matériel qu'ils abandonneront.
Le Cadet VERHAEGHE obtient l'autorisation de faire une reconnaissance inédite. En civil, avec de faux papiers, il fait une reconnaissance de l'autre côté de la Seine en compagnie d'un pécheur et de 4 jeunes français. Il obtiendra des renseignements capitaux sur les forces allemandes et sur la défense du Havre. Leur rigoureuse exactitude aidera beaucoup dans la progression vers le Havre et sera très utile à la 49ème division qui réussira très rapidement à s'emparer de la place.

Le 31 août, le Groupement reçoit ses ordres. Il traversera la Seine sous la protection du régiment de reconnaissance de la 49ème division. Il se regroupera au sud d'Yvetot pour marcher sur le Havre et prendre contact avec l'ennemi.. La traversée de la Seine doit se faire en plusieurs endroits. Trois points de passage par radeaux à moteurs sont organisés à Caudebec et en amont. Les blindés du Major SELLIERS passeront les premiers dès la tombée de la nuit. Le colonel PIRON accompagne le capitaine BLOCH, officier de liaison sur le premier radeau. L'opération est très lente et durera jusqu'au lendemain dans la soirée.

 

L'escadron arrive sur son point de traversée à 18 heures, mais doit attendre la mise en oeuvre du génie britannique. A 21 heures, l'escadron traverse la Seine à La Mailleraye. Cette opération durera jusqu'au lendemain à 10 heures. L'état-major passe à Caudebec à 11 heures, suivi de la batterie d'artillerie. La 3ème unité traverse à ce moment la foret de Brotonne.
Les trains de la brigade traversent sur le pont de chemin de fer de Rouen.

Le 01 septembre, la traversée de la Seine ayant été très lente; ce n'est que vers midi que la marche vers le Havre peut être entamée. Ce sont les blindés de l'escadron qui ouvrent et couvrent la progression de la 1ère unité motorisée. Bientôt, ils atteignent Bolbec et Harfleur. Les allemands ont établi leurs avant-postes le long du rebord est du profond vallon qui précède la ville. Ils peuvent facilement être réduits. Mais les hauteurs de l'ouest sont fortement défendues et garnies d'abris bétonnés. Le PC avancé est établi entre Caudebec et Lillebonne. Les unités motorisées appuyées par l'artillerie sont prêtes à partir à l'attaque lorsque brusquement, le Général BARKER rencontre le colonel PIRON vers 18 heures. Il lui communique de nouveaux ordres. Au cours de la nuit, le Groupement sera relevé par sa division et devra se regrouper, prêt à faire mouvement dès l'aube du lendemain.

Le 02 septembre au lever du jour, l'escadron se voit relever par le 49ème régiment de reconnaissance. Le Colonel PIRON est convoqué à Lyons-la-Forêt. Dans l'après-midi, les autos blindées quittent Saint-Romains pour Yvetot. Le colonel PIRON quitte Valliquerville à 11 heures. La campagne de Normandie se termine pour le First Belgian Group. L'ordre est donné de faire mouvement sur Arras.

Les armées alliées avaient franchi la Seine, Paris était libéré. Les armées anglo-américaines et françaises progressaient irrésistiblement vers la Belgique et vers l'Alsace.

« Tout en roulant, le commandant HOUBION me régala d'andouillettes de Vire réchauffées sur le réchaud de campagne. Nous traversâmes Rouen . Tout en roulant, mes pensées se concentraient sur ces 4 semaines de combats. Notre bilan ne me semblait point trop mauvais. Mes soldats s'étaient battus valeureusement. Nous n'avions pas subi de lourdes pertes. Nos quelque 2,500 hommes avaient libéré la côte normande de l'Orne à la Seine. Mr PIERLOT, à Londres, devait être content de nous. Nous pouvions porter nos couleurs belges avec fierté »
(« Souvenirs » de Jean Piron)

« Les unités du Groupement belge ont joué à saute-mouton dans cette poursuite le long de la côte fleurie, protégées en avant et sur les flancs par les autos-blindées du Major de SELLIERS de MORANVILLE et supportées par la Batterie d'Artillerie du Major DERIDDER. Les trois héros de cette chevauchée s'appellent les majors WINTERGROEN, WATERLOOS et NOWE. Le temps a effacé leurs noms. Il convient qu'on leur rende l'hommage qui leur est dû. Tous les problèmes de ravitaillement ont été résolus par le capitaine André BERO et le lieutenant Jean MUSSCHOOT. Les mines ont été désamorcées, les ponts construits et les cratères remplis grâce au Capitaine Richard SMEKENS. Les indispensables transmissions ont été orchestrées par le Capitaine RICHIR. Le Docteur VERMEYLEN a soigné nos blessés. Et cette caravane d'aventuriers s'ébranlait avec enthousiasme sous la houlette du Colonel Jean PIRON. Que ses détracteurs sachent qu'il fut le seul colonel belge présent aux combats de la libération. La Belgique n'a pas le droit de l'oublier. »
(« Des hommes oubliés » de Guy Weber)

« Au cours de la progression de la 1ère armée canadienne, de l'Orne au Havre, a toujours été à l'avant-garde de la division à laquelle elle était attachée. S'est emparé, après de durs combats, de toutes les localités jalonnant la côte normande et notamment des villes de Cabourg, Villers-sur-Mer, Deauville, Trouville, Honfleur et Bolbec. Son action lui a valu les plus hauts témoignages d'estime de la part du haut commandement allié ».
(Texte de la citation à l'ordre de l'armée qui fut décernée au Premier Groupement belge à la suite de ses opérations en Normandie).

 

Durant la Campagne de Normandie, du 8 août au 2 septembre 1944, le Firts Belgian Group a subi les pertes suivantes :

27 hommes ont été tués au combat

65 blessés graves ont été évacués vers l'Angleterre

22 blessés légers. Soignés, ils ont rejoint l'unité dans les semaines qui suivirent

 

Tombés au Champ d'Honneur en Normandie (27)

GERARD Edouard

3ème Unité Motorisée

Tué le 16 août 1944 à Sallenelles

Citation : "Jeune volontaire de guerre. Est tombé le premier de la Brigade à Sallenelles (Normandie), le 16 août 1944, alors que les positions de son unité étaient soumises à un violent tir de mortier".

VAN REMOORTELE Raymond

2ème Unité Motorisée

Tué le 16 août 1944 à Sallenelles

Citation : "Jeune aspirant d'infanterie, chef de peloton d'assaut. A accompli, avec courage, dans la nuit du 14 au 15 août, un raid sur les positions ennemies pour lequel il a été cité à l'ordre du jour du groupement. "Il a été tué, dans la nuit du 16 au 17 août, alors qu'il conduisait son peloton à l'attaque d'une position ennemie".

 

DE QUEKER René

Compagnie du Génie

Tué le 17 août 1944 à Sallenelles

Citation : "Jeune gradé du Génie, dont le dévouement et le courage étaient illimités. Dans une opération de déminage spécialement difficile, exécutée sous le feu ennemi, a occupé la place la plus dangereuse durant plusieurs heures. "Tué par une mine ennemie, le 17 août 1944".

RAQUET François

2ème Unité Motorisée

Tué le 19 août 1944 à Franceville

Citation : "Excellent Sous-Officier, consciencieux et dévoué. Mort au champ d'honneur en se portant au secours de deux soldats, victimes de mines Allemandes".

 

LEYSEN Jules

3ème Unité Motorisée

Tué le 17 août 1944 à Sallenelles

Citation : "Excellent Sous-Officier, chef de section mitrailleuse de la 3ème Unité Motorisée. A pris part aux opérations de Normandie et a, par son influence sur ses hommes et ses connaissances techniques extraordinaires, exécuté, de brillante façon, toutes les missions qui étaient assignées à sa sous-unité. Gravement blessé, est mort des suites de ses blessures".

HARBOORT Petrus

Compagnie du Génie

Tué le 17 août 1944 à Sallenelles

Citation : "Sous-Officier de carrière du Génie du corps de cavalerie. Cité comme modèle, non seulement par ses chefs, mais aussi par ses hommes. Exact, compétent et courageux, au front comme au Polygone. A rendu les plus signalés services pendant la campagne de 1940, en Belgique. A répondu, le premier de son unité, a l'appel des volontaires pour rejoindre Dunkerque, le 28 août 1940. "Le 17 août 1944, agissant comme chef d'un détachement de génie, chargé d'ouvrir la marche à un peloton d'autos blindées, a payé de sa propre personne en méprisant le feu ennemi et les mines, pour remplir au plus vite sa mission. "Très grièvement blessé par une mine, a fait preuve d'un sang-froid et d'un courage exceptionnels, en continuant à remettre des renseignements de nature à faciliter la progression. Est mort des suites de ses blessures".

DUCHENES Henri

2ème Unité Motorisée

Tué le 17 août 1944 à Sallenelles

Citation : "Soldat courageux et dévoué. Grièvement blessé au cours d'un combat à Sallenelles (Normandie) le 17 août 1944. Mort des suites de ses blessures".

DERIDDER Raymond

2ème Unité Motorisée

Tué le 18 août 1944 à Franceville

"Soldat courageux et dévoué. Tué par action de mines ennemies à Franceville (Normandie), le 18 août 1944".

 

PONCELET Guy

2ème Unité Motorisée

Tué le 18 août 1944 à Franceville

"Soldat courageux et dévoué. Tué par action de mines ennemies à Franceville (Normandie), le 18 août 1944".

BOON Zénon

2ème Unité Motorisée.

Tué le 18 août 1944 à Franceville

"Excellent Sous-Officier, consciencieux et dévoué. Mort au champ d'honneur en se portant au secours de deux soldats, victimes des mines Allemandes".

VAN DEN PLAS Henri-Louis

1ère Unité Motorisée

 Tué le 21 août 1944 à Varaville

"Sous-Officier d'une haute valeur morale. Fut toujours un exemple de discipline et de dévouement pour ses hommes. Mort des suites de ses blessures encourues au cours de la poursuite de l'ennemi devant Cabourg".

BEKAERT François

1ère Unité Motorisée

Tué le 21 août 1944 à Auberville

"A été tué à Auberville, le 21 août 1944, alors qu'il se portait dangereusement à l'assaut des positions ennemies".

BETBEZE Marcel

1ère Unité Motorisée

Tué le 21 août 1944 à Auberville

"Gradé plein de courage et d'allant. Est tombé glorieusement à l'assaut des positions ennemies d'Auberville, le 21 août 1944. »

DEGROOTE Hypoliet

1ère Unité Motorisée

Tué le 21 août 1944 à Auberville

"Chef de section, est tombé le 21 août 1944, après avoir mené sa section jusqu'à 25 mètres des positions ennemies".

EQUETER Paul

Escadron d'Autos-Blindées

Tué le 21 août 1944 à Roncheville

"Au cours de la Campagne de Normandie, le 17 août 1944, étant chef de scout-car de tête, réussit, malgré la forte opposition ennemie et en dépit de nombreux champs de mines, à fournir les renseignements nécessaires à la prise du moulin du Grand-Buisson et à faire plusieurs prisonniers".  "Victime d'un accident à Roncheville".

JADON Lucien

1ère Unité Motorisée

Tué le 21 août 1944 à Auberville

"Jeune soldat de peloton d'assaut. Toujours volontaire pour les missions périlleuses. Est tombé glorieusement à l'attaque d'Auberville, le 21 août 1944".

GURHEM Pierre

1ère Unité Motorisée

Tué le 21 août 1944 à Auberville

Citation : "Est tombé le 21 août 1944 en se portant, malgré le feu de l'ennemi, au secours de son chef de section".

MASSONET Marcel

1ère Unité Motorisée

 Tué le 21 août 1944 à Varaville

Citation : "Volontaire de guerre, mitrailleur de la 1 Unité Motorisée, grièvement blessé au cours d'un combat en Normandie, fit preuve de courage splendide. Mort des suites de ses blessures, le 22 août 1944".

DE BOECK Jean-Baptiste

1ère Unité Motorisée

 Tué le 21 août 1944 à Auberville

Citation : "Soldat de peloton d'assaut, cité avec sa section pour l'attaque d'Auberville. A été grièvement blessé au cours de cette attaque pendant qu'il soutenait, par le feu de l'arme automatique qu'il déservait, sa section qui progressait. Mort des suites de ses blessures".

FOURNER Marcel

2ème Unité Motorisée

Tué le 22 août 1944 à Deauville

"Au cours des combats sur la Touques, le 22 août 1944, s'est distingué par son courage et son allant. A été tué au cours de cette action".

ROUCHE Simon

1ère Unité Motorisée

Tué le 22 août 1944 à Deauville

"Volontaire de guerre, se présentant toujours pour accomplir les missions périlleuses. Tombé, devant la Dives, pendant une attaque d'une position ennemie".

PINKOUS Benjamin

2ème Unité Motorisée

Tué le 22 août 1944 à La Touques

"Officier très courageux, s'est dépensé sans compter pour assurer les liaisons de son unité et diriger la détection des mines. Blessé très grièvement à Touques, le 23 août 1944. Mort des suites de ses blessures".

VEREECKEN René

3ème Unité Motorisée

 Tué le 24 août 1944 à Deauville

"Soldat exemplaire, volontaire pour une patrouille à Deauville, gravement blessé, est mort des suites de ses blessures, le 24 août 1944".

VAN DEN ABBELE Raymond

3ème Unité Motorisée

Tué le 24 août 1944 à Vasouy (Honfleur)

"Soldat d'un courage exceptionnel, s'offrant toujours pour les missions de confiance. Blessé grièvement par une mine près d'Honfleur, mourut des suites des blessures, le 24 août 1944".

VAN DEN BROECK Guillaume

Escadron d'Autos-Blindées

Tué le 25 août 1944 à Fiquefleur

"Son scout-car ayant été une première fois reçu par des grenades antichars en approchant d'un carrefour, il y conduisit son scout-car à nouveau afin de recueillir sur l'ennemi, des renseignements supplémentaires et cela sans la moindre hésitation, malgré la connaissance du danger qui le guettait .Au cours de cette action, son scout-car reçut un coup direct qui fut fatal à Van De Broeck qui fut tué bravement au champ d'honneur, le 25 août 1944".

CLAESSENS Edouard

1ère Unité Motorisée

Tué le 25 août 1944 à Varaville

"Soldat d'élite, animé du plus bel esprit. Au cours de l'avance sur Cabourg, son peloton ayant été appelé en renfort, a été grièvement blessé par une mine. Est mort des suites de ses blessures, le 25 août 1944".

MOUCHET François

3ème Unité Motorisée

Tué le 26 août 1944 à Foulbec

"S'est présenté comme volontaire pour aller relever des camarades blessés se trouvant à un endroit pris sous le feu violent de l'ennemi. A été tué sur place, alors qu'il ramenait son troisième blessé".